Contexte

Ce projet est élaboré conjointement par le Centre Régional d'Etudes des Populations Alpines à Sembrancher (CREPA) et la Haute Ecole spécialisée de Suisse occidentale/Valais (HES.SO/Valais). Le CREPA a pour mission de coordonner et soutenir des activités de recherche démographique, historiques et ethnographiques sur la population locale et surtout de faire connaitre ces activités par un intense travail de vulgarisation. Le CREPA possède des sources documentaires et des archives d'une extraordinaire richesse. Ses suites généalogiques et démographiques sont considérées parmi les plus importantes d'Europe. En ce moment, une équipe dirigée par Sandro Guzzi-Heeb y conduit un projet financé par le FNS : "Femmes, hommes, parentés et réseaux sociaux dans une vallée alpine : Le Val de Bagnes (VS) entre 1700 et 1900". Comme lieu de formation et d'accueil, le CREPA a développé des relations avec la HES.SO/Valais et le département d'histoire de l'Université de Genève. Par l'intermédiaire des professeurs Gabriel Bender (HES) et François Walter (Université de Genève), des étudiants de ces deux institutions seront sollicités.

Objectif de la recherche

Notre projet a pour cadre géographique un territoire souvent marginalisé par les sciences sociales contemporaines et une thématique qui fait l’objet de nombreuses études et publications mais que nous souhaitons aborder sous un angle qualitatif et microhistorique. Nous voulons approcher la question du migrant à l’échelle de petites communautés plutôt qu’en milieu urbain, comme c’est plus souvent le cas. Pour ce faire, nous allons réunir les compétences de toute l'équipe de recherche : sociologie, anthropologie, micro-histoire, histoire et histoire économique et sociale. Nous nous intéresserons aux parcours individuels, aussi bien dans la durée que dans le moment présent, à l'insertion socioéconomique et aux recompositions identitaires. Pour l'époque contemporaine, des interviews seront conduits auprès de migrants étrangers de première génération qui ont fait le choix de s’installer depuis deux ou trois décennies dans les communes membres du CREPA. Cette recherche permettra d'apporter un éclairage important à la compréhension d’une région qui se construit pièce par pièce, cette fois-ci avec une perspective multifocale, interdisciplinaire et diachronique.

 

L'objectif de la recherche est triple :

  1. Il s'agit d'abord de démontrer que le Valais n'est pas une île inaccessible où réside une population autochtone originale, préservée des influences extérieures. Les montagnes n'ont jamais été un obstacle. Au contraire. Les habitants de la région ont de tout temps communiqué et échangé très étroitement par-dessus les cols. Il s'agira de "faire parler les preuves accumulées", par exemple en généalogie et en démographie, ainsi que toutes les sources qui permettront d'établir les lignes de permanence et d'illustrer des parcours personnels au travers de monographies exemplaires.
  2. Il s'agira ensuite de montrer comment le migrant est modelé par la société hôte, société qu'il façonne à son tour. L’étude prévue se construit sur cette double interrogation : dans quelle mesure, les migrants s’insèrent dans la société locale et quels rôles socioculturels et économiques ils jouent. Pour l'époque contemporaine, il s’agira plus précisément d’étudier comment les acteurs pris en considération se déploient dans le tissu socio-économique local, gèrent leur double appartenance et en jouent, quels sont les problèmes auxquels ils sont confrontés selon les divers types de communauté dans lesquelles ils s’installent, mais aussi de quelle manière ils participent à la recomposition des réalités collectives de ces territoires.
  3. Il s'agira enfin de mettre à disposition de la population locale des moyens pour s'approprier ce savoir au travers d'un ouvrage grand public et d'une exposition.

 

Hypothèse de recherche

Nous proposons une perspective qui met davantage l’accent sur l'action et le regard des migrants sur les sociétés d’accueil plutôt que sur la perception de ces migrants par la population et les diverses autorités concernées. Pour ce faire, nous considérons que les problématiques de l’immigration s’incarnent dans les trajectoires particulières des migrants et que la manière d’agir de ces derniers révèlent des processus sociaux, économiques, politiques et culturels plus larges. En l'état, cette hypothèse centrale se décline en trois sous-hypothèses.

  1. malgré l'apparente homogénéité du territoire observé, les conditions d'accueil dépendent du type de communauté dans laquelle ils s'établissent ;
  2. les migrants sont des facteurs important de renouvellement de la société d'accueil ;
  3. la société locale exige du migrant la capacité de moduler ses actions et de remodeler sans cesse son identité propre.

 

Méthode de recherche

Analyse statistique dans les séries généalogiques, analyse structurel de réseaux, établissement de monographies à partir de diverses sources historiques, entretiens qualitatifs avec une vingtaine d’hommes et de femmes migrants représentatifs.