Journée d'étude annuelle CREPA - HES-SO Valais-Wallis

    2019

    Nature et populations alpines

    A l’heure des bilans de plus en plus alarmistes concernant le devenir de notre planète, comment faut-il envisager les relations que nous, êtres humains, entretenons avec la nature dans les Alpes ?
    voir plus

    Les anthropologues ont depuis longtemps essayé de décrire et de comprendre les différentes façons humaines d’habiter la terre et d’entrer en relation avec la nature environnante. Ils convergent aujourd’hui vers un constat pessimiste : l’anthropocène – cette époque de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l'écosystème terrestre – comme emblème du terrible échec de l’humanité (Descola, 2015). A force d’avoir voulu maîtriser la nature pour la domestiquer et l’exploiter, il semble bien que les sociétés industrielles l’ont globalement épuisée. Nul besoin de préciser que le sujet est d’actualité tant sur le plan social, que politique ou intellectuel. En témoignent les manifestations pour le climat, les conférences internationales, les articles de presse ou encore les multiples publications scientifiques qui y sont consacrées. Par ailleurs, la réflexion autour de l’anthropocène n’est pas nouvelle en Valais. On se rappelle que le Musée de la Nature a été, en 2016, le premier musée d’histoire naturelle au monde à consacrer une exposition spécifique à la thématique : Objectif Terre. Vivre l’Anthropocène. La même année, le Musée de Bagnes mettait sur pied l’exposition Valaisan par nature ? qui abordait également indirectement cette thématique.

    Pour faire face à la situation dans laquelle se trouve la planète, l’anthropologue Philippe Descola propose de repenser le lien que les êtres humains entretiennent avec la nature. Pour lui, il est urgent de redéfinir 1. la manière dont les humains s’adaptent à leurs milieux de vie 2. la manière de se les approprier et 3. la manière de leur donner une expression politique. Tels sont les points que cette 6e journée d’études propose de discuter dans le contexte spécifique des Alpes.

    1. En termes d’adaptation, comment s’ajuster à la contrainte majeure du réchauffement climatique en cours ? à la disparition de nombreuses espèces animales ou végétales ? au partage du territoire avec les « non-humains » (animaux, végétaux, minéraux) ? Des microsajustements à l’échelle locale seront-ils suffisants ? Face à la raréfication des ressources « naturelles », comment envisager l’accès aux ressources communes – telles que l’eau, le bois ou le vent – pour les populations futures ? Au niveau alpin, plusieurs projets sont en cours pour chercher à proposer des solutions, tant sur le plan scientifique que dans les collectivités publiques.
    2. En termes d’appropriation, les populations alpines connaissent des techniques très anciennes de répartition des biens communs, comme les pâturages, les forêts, les eaux. Les consortages ont notamment été étudiés en Valais dans les années 1970 par l’anthropologue américain Robert McC. Netting. La prix Nobel d’économie 2009, Elinor Ostrom, s’en est d’ailleurs inspirée pour montrer que l’accès aux biens communs est toujours réglé par des principes localement contraignants qui visent à protéger la ressource au profit de tous, et que le problème des biens communs n’est pas la propriété commune, mais la définition des droits d’usage de cette propriété commune.
    3. En termes de représentation politique, enfin, qui doit défendre les droits d’usage de « la nature » ? Selon Philippe Descola, pour dépasser les risques liés à l’appropriation des valeurs vitales, « il faut imaginer que puissent être représentés non pas des êtres en tant que tels – des humains, des États, des chimpanzés ou des multinationales ; mais bien des écosystèmes, des milieux de vie donc, quelle que soit leur nature : des bassins-versants, des massifs montagneux, des villes, des littoraux, des quartiers, des zones écologiquement sensibles, des mers, etc. » (2015 : 21). Le fleuve Whanganui en Nouvelle-Zélande, par exemple, qui est reconnu comme une personne par les Maoris, s’est vu reconnaître le statut de personnalité juridique en mars 2017, avec tous les droits et devoirs attenants. Par analogie, peut-on supposer que dans les Alpes, les montagnes, les glaciers, les alpages ou les eaux de sources puissent un jour connaître le même sort ?

    Suivant les trois façons évoquées ci-dessus de nous relier à l’environnement naturel – l’adaptation, l’appropriation et la représentation – cette journée d’études propose d’alterner entre des contributions de professionnel⋅le⋅s et de chercheur⋅e⋅s, dans l’objectif de discuter avec le public. Elle vise à échanger sur l’état actuel de nos relations à la nature dans l’espace alpin, et par-delà.

    Référence citée :

    Descola Philippe. 2015. Humain, trop humain. Esprit (décembre), pp. 8-22.

    2018

    La mobilité dans les Alpes en 2018

    La 5e journée d’étude CREPA – HES-SO Valais Wallis propose de se pencher sur cette notion dans le contexte alpin, en prenant en compte son assertion la plus large possible : mobilité physique, mobilité quotidienne, mobilité professionnelle ou encore mobilité intellectuelle. Ces formes de mobilités s’accompagnent d’images et de représentations différentes (Vincent-Geselin, Ravalet 2015) qui peuvent influencer aussi bien les pratiques quotidiennes des individus dans la société, que les décisions politiques et économiques des pouvoirs publics. Dans le contexte d’une population alpine de plus en plus mobile et d’un territoire de montagne de plus en plus confronté aux mobilités sociales et technologiques, quel(s) défi(s) faut-il prioriser pour la société de demain ?
    voir plus

    Cette journée d’études propose d’alterner entre des contributions de professionnel⋅le⋅s et de
    chercheur⋅e⋅s, dans l’objectif de discuter avec le public. Elle est organisée en deux parties, selon deux axes d’approche, l’un concernant la dimension sociale de la mobilité et l’autre concernant sa dimension spatiale :

    1. Dimension sociale : Cet axe souhaite considérer la mobilité en relation à la société et à l’histoire. D’une part, la mobilité diffère au plan collectif, selon les périodes et les régions, mais elle varie aussi, au plan individuel, selon l’âge, l’état de santé, le revenu, la profession, le statut familial, le genre, etc. Elle est aussi indissociables des valeurs et des représentations qui l’accompagnent.

    2. Dimension spatiale : Cet axe propose de questionner la mobilité en lien avec les mouvements des objets et des individus, mais du point de vue des enjeux et des défis qu’elle représente concrètement au quotidien, aussi bien pour les politiques publiques dans les territoires de montagne, que pour les usagers, de plus en plus mobiles, hétérogènes et exigeants.

    Référence citée: Vincent-Geslin S. et E. Ravalet, 2015, « La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, consulté sur internet
    (http://journals.openedition.org/sociologies/5134), le 6 janvier 2018.

    Programme de la journée

    8h30 Accueil, café, croissants

    9h00-9h15 Mots de bienvenue : Yann Decorzant, directeur CREPA et Blaise Larpin, responsable
    axe de recherche Développement Régional, HES-SO Valais Wallis

    1. Mobilité sociale : Idées, pratiques, individus

    9h15-9h45 Simona Boscani Leoni, Prof. Dr., Institut d’Histoire, Université de Berne
    « Voyages alpins et diffusion des connaissances dans les Alpes: acteurs et réseaux»

    9h45-10h15 Thierry Amrein, Anthropologue social
    « Maman taxi et papa boulot. Des mobilités hommes/femmes toujours différenciées
    dans les vallées alpines »

    10h15-10h45 PAUSE CAFE

    10h45-11h15 Vincent Pellissier, Ingénieur cantonal, Service de la Mobilité (SDM), Etat du Valais
    « Le concept de mobilité à l’horizon 2040 »

    11h15-11h45 « La mobilité ordinaire en Valais » : Témoignages de Valaisan⋅ne⋅s mobiles au
    quotidien
    Participant⋅e⋅s : Mélissa Jacquérioz Steiner, Traductrice, Sion; Véronique Revaz,
    Conseillère communale, Salvan; Basile Darbellay, Conseiller communal, Technicien,
    Liddes
    Animatrice : Isabelle Moroni

    11h45-14h00 PAUSE MIDI

    2. Mobilité spatiale : Logistique, transports, accès routiers

    14h00-14h30 Miriam Scaglione, Professeure HES, Institut Tourisme, HES SO Valais Wallis
    « Vers une géométrie variable des destinations touristiques : le rôle des trajectoires
    typiques de voyages »

    14h30-15h00 Tristan Larpin, Chef du service de l’aménagement du territoire et Vincent Michellod,
    Conseiller Communal, Commune de Bagnes
    « Les défis de la mobilité au quotidien : le cas de la commune de Bagnes »

    15h00-15h30 Yann Bocchi, Professeur HES, Institut Informatique de Gestion
    « L'importance des données pour la mobilité de demain... et d'aujourd'hui »

    15h30 Synthèse de la journée
     
     
    IMG 5708
     
    IMG 5709

    2017

    "Mieux" vieillir à la montagne ? Enjeux, pratiques et représentations de la vieillesse dans les Alpes

    A partir de réflexions issues des sciences sociales et d’expériences concrètes en lien avec les personnes âgées, la vieillesse et le veillissement, cette journée vise à explorer les divers enjeux que pose la question du « bien » veillir dans nos régions montagneuses, à la fois pour la population résidente et pour les collectivités concernées. Dans le contexte d’une population alpine de plus en plus mobile, hétérogène, et vieillissante, quel(s) regard(s) faut-il porter sur la société de demain et quelle(s) politique(s) de société faut-il prioriser ?
    voir plus

     Cette journée d’études propose d’alterner entre des contributions de professionnel⋅le⋅s et de chercheur⋅e⋅s, dans l’objectif de discuter avec le public. Elle est organisée en deux parties, selon deux axes d’approche, l’un social et l’autre politique :

    1. L’axe social souhaite discuter la question de la vieillesse et du vieillissement dans l’espace alpin, à la fois sous l’angle des relations qu’entretiennent les personnes âgées entre elles et avec autrui ainsi que sous celui des projets sociaux mis en place en leur faveur.

    2. L’axe politique propose de questionner la problématique de la gouvernance et des actions publiques locales en faveur des populations vieillissantes dans les territoires de montagne.

     
    Programme de la journée

    8h30 Accueil, café, croissants
    9h00-9h15 Mots de bienvenue : Yann Decorzant, directeur CREPA, et Viviane
    Cretton, Institut Travail social, HES-SO Valais Wallis

    1. Axe social : Espace alpin, personnes âgées et projets sociaux :
    Président⋅e⋅s de séance : Yann Decorzant, directeur CREPA, et Isabelle Moroni, Institut
    Travail social, HES-SO Valais Wallis

    9h15-9h45 Henk Verloo, Institut Santé, HES SO Valais Wallis
    « Face au bien vieillir en montagne »

    9h45-10h15 Claire-Lise Lovey, Responsable du service infirmier et des soins
    délégués au Centre médico-social de l’Entremont
    “Impacts du vieillissement sur les soins et offres de prévention”

    10h15-10h45 PAUSE CAFE

    10h45-11h15 Edwige Perraudin, consultante sociale, Pro-Senectute Valais
    « Vieillir à la montagne : le quotidien d’une travailleuse sociale »

    11h15-11h45 Clothilde Palazzo-Crettol, Institut Travail Social, HES-SO Valais
    Wallis
    « Vieillir en montagne : alternatives et innovations à inventer »

    Discutante Marie-Françoise Perruchoud-Massy, Institut de Tourisme, HES-SO
    Valais Wallis

    11h45-13h30 PAUSE MIDI

    2. Axe politique : Territoires de montagnes, actions publiques et gouvernance
    Président⋅e⋅s de séance : Blaise Larpin, Institut Tourisme, et Viviane Cretton, Institut Travail
    social, HES-SO Valais Wallis

    13h30-14h00 Annick Anchisi, Haute Ecole de la Santé, Vaud, HESAV, Lausanne
    « Je suis vieux, tu es vieille, nous sommes vieux … : conjugaison d’un
    avenir commun ».

    14h00-14h30 Patrice Michaud, directeur, Maison de La Providence, Montagnier-
    Orsières
    « Dessinons ensemble l’EMS de demain ! »

    14h30-15h00 PAUSE

    15h00-15h30 Joachim Rausis, Président, Orsières
    « Vieillissement de la population: comment définir une politique
    publique spécifique aux régions de montagne ? »

    15h30-16h00 Florent Cholat, doctorant, LabEx Innovation et Territoire de
    Montagne, Univ. Grenoble Alpes - Univ. Milano Bicocca
    « Vieillir dans les Alpes, une nécessaire adaptation des individus, des
    organisations et des territoires. »

    Discutante Chantal Furrer, Haute Ecole de Travail Social, HES-SO Valais Wallis

    16h00 Synthèse de la journée
    Apéritif de clotûre
     
     
    IMG 4320
     
    IMG 4321
     
    IMG 4319

    2016

    En quête d'une vie meilleure dans les Alpes. Modalités de vie, migrations et cohabitation en zone montagne

    Depuis quelques décennies, un nouveau type de migration s’est répandu dans les montagnes et particulièrement dans les Alpes (françaises, italiennes, suisses). Ce phénomène est décrit comme un mouvement de personnes qui choisissent de résider annuellement ou de façon intermittente en zone de montagne, principalement en raison d’un environnement perçu comme étant de meilleure qualité et d’une quête de différenciation culturelle. Ce type de migration concerne en partie des individus et des ménages attirés par un cadre de vie jugé supérieur à celui des villes.
    voir plus

    La recherche d’une meilleure qualité de vie, un cadre sécuritaire pour élever les enfants, la quête d’un environnement paisible et agréable, un projet personnel ou un travail sont quelques unes des raisons qui ont amené et amènent des citadins de plaine à s’installer en zone de montagne.
    A partir de réflexions scientifiques historiques, sociologiques, anthropologiques et d’expériences concrètes en lien avec la migration et le tourisme, cette journée vise à explorer les diverses modalités de vie en zone alpine et les enjeux que cela soulève pour la population résidente. Dans le contexte d’une population de plus en plus hétérogène, mobile et variable (en nombre et selon les origines suivant les mois de l’année), comment se passe la cohabitation entre habitants historiques et nouveaux résidents, que ceux-ci soient permanents, temporaires, travailleurs, touristes, internationaux ou nationaux ?

    Dans l’objectif de mettre en perspective les relations qui s’établissent entre nouveaux résidents et « locaux », à partir de différents points de vue, la journée propose d’alterner entre conférences plénières, contributions de professionnel.le.s et de chercheur.e.s et discussions avec le public. Elle est organisée en deux parties, selon les axes thématiques suivants : 1. Celui de la cohabitation entre résidents historiques et « nouveaux » résidents : de l’ouvrier précaire au riche propriétaire de résidence secondaire, en passant par les chalettistes et touristes étrangers fidèles : quelles rencontres ? quels échanges ? à quels niveaux et dans quels contextes ? 2. Celui de la gouvernance locale : d’un point de vue politique, économique et social, comment gérer ces populations hétérogènes et élastiques, qui subissent des pics de croissance en hiver et de décroissance en été ?

     

    Programme de la journée
    8h30 Accueil, café, croissants
    9h00-9h15 Mots de bienvenue


    AXE1. Les enjeux de la cohabitation : l’espace montagnard partagé
    9h15-10h00 Greta Tommasi, Post-doctorante, GéoLab, Laboratoire de Géograpphie
    physique et environnementale, Université de Limoges
    « Entre cohabitation et appropriations: relations socio-spatiales dans la
    Montagne limousine dans un contexte de mobilité »


    10h00-10h20 Olivier Volluz, délégué à l’intégration, commune de Bagnes
    « Les enjeux de l’intégration en zone touristique »


    10h20-10h40 PAUSE CAFE
    10h40-11h00 Andrea Boscoboinik, chaire d’anthropologie sociale, Université Fribourg,
    et Viviane Cretton, Institut Travail Social, HES-SO Valais Wallis
    « Style de vie, cohabitation et gentrification en Valais »


    11h00-11h20 Kiki Thomson, sculptrice and co-fondatrice de la Fondation 3D, Verbier
    « Art contemporain et cohabitation locale »


    11h20-11h40 Discutant⋅ e⋅ s : Barbara Waldis, Institut Travail Social, HES-SO Valais
    Wallis, et Yann Decorzant, directeur CREPA, Sembrancher


    AXE 2. Quels enjeux pour la gouvernance locale ?
    13h30-14h15 Professeur Laurent Tissot, Insitut d’histoire, Université de Neuchâtel
    « Le tourisme alpin: une activité sans lendemain ? »


    14h15-14h35 Eloi Rossier, Président de la Commune de Bagnes
    « Au gré des saisons : gouvernance d’une commune de montagne»


    14h35-14h55 Blaise Larpin, Nicolas Délétroz et Roland Schegg, Institut de Tourisme,
    HES-SO Valais Wallis
    « Airbnb: vers une redéfinition des interactions touristiques? »


    14h55-15h15 Delphine Guex, postdoctorante, Institut de géographie et durabilité,
    Faculté des géosciences et de l'environnement, Université de Lausanne
    « Du tourisme à l’économie présentielle: un outil théorique pour
    comprendre les enjeux actuels des territoires alpins »


    15h15-15h45 Discutant⋅ e⋅ s : Isabelle Moroni, Insitut Travail Social, HES-SO Valais
    Wallis, Manu Fragnières, Institut Entrepreneuriat et Management, HES-SO
    Valais//Wallis


    15h45-16h45 Synthèse de la journée

    Programme et descriptif

    IMG 2968

    2015

    Tourisme expérientiel et populations locales, quelle relations ?

    Face aux changements climatiques, aux nouveaux modes de consommation et à la concurrence internationale, les stations de petite et moyenne importance sont devant le défi d’inventer de nouvelles modalités de développement touristique. Les études récentes sur les nouveaux modes de consommation touristique et sur la gouvernance territoriale montrent que les individus privilégient de plus en plus un tourisme expérientiel dans le sens où ils cherchent à vivre des expériences de proximité aussi bien avec les habitants qu’avec l’environnement naturel d’une région.
    voir plus

    Ce renouvellement des savoir-faire repose aujourd’hui sur une vision complexe du tourisme, qui, au-delà de sa dimension économique, inscrit ses actions dans un environnement social et culturel dont on oublie souvent qu’il est d’abord investi par ceux et celles qui y vivent. La plupart du temps, la population résidente, locale comme internationale, semble ne pas être prise en considération dans la conception des nouveaux projets touristiques.

    A partir de réflexions scientifiques critiques et d’expériences concrètes liées au tourisme, cette journée vise à explorer la réalité complexe du récent développement touristique en zone alpine et les enjeux que cela soulève pour la population résidente. Qu’en est-il du tourisme expérientel dans la contexte pluriel des zones alpines ? (quelles expériences pour quels publics ?) Comment la population résidente est-elle prise en considération dans ce processus ? (quelles modalités de participation ?)

    La journée s’articulera en trois temps qui analyseront les relations qui s’établissent entre le tourisme et les populations alpines, en approfondissant trois axes thématiques : celui de l’authenticité recherchée dans le tourisme expérientiel, celui de la participation escomptée aussi bien de la part de la population que de la part des touristes et celui des types « d’expérience » proposée, attendue, vécue. Elle réunira des intervenant.e.s professionnel.le.s, des chercheur.e.s et le public.

    Programme de la journée

    8H30  Accueil, café

    9H-10H30            Tourisme, expériences et authenticité

    9h-9h30               Des rocs et des hommes : la fabrique de l’authenticité, une longue histoire

    Suzanne Chappaz-Wirthner, éthnologue

    9h30-10h             Le tourisme comme expérience d’hospitalité humaine et spirituelle

    José Mittaz, prieur de l’hospice du Grand-Saint-Bernard

    10h-10h30          Discutants : Yann Decorzant, directeur CREPA et Blaise Larpin, professeur, HEGT, HES-SO Valais//Wallis

    10h30-11h00      PAUSE CAFE

    11H-12H30          Quelle participation pour quels touristes ?

    11h- 11h30         Rencontres en Milieu Alpin: le Ski Comme Activité Médiatrice

    Susie Riva, Haute Ecole de la Source, Vaud

    11h30-12h          Find your nature, trouver votre nature

    Benoit Greindl, directeur général, Montagne Alternative

    12h-12h30          Discutant.e.s : Isabelle Moroni, professeure, HETS, et Nicolas Délétroz, professeur HEG, HES-SO Valais//Wallis,

    12h30-14h          PAUSE MIDI

    14h-16h               Tourisme expérientiel : de la communication institutionnelle aux réalités du terrain

    14h-14h20          Du produit à l’expérience, comment adapter nos offres aux désirs de nos hôtes?

    Marcelline Kuonen, Head of tourism, Valais-Wallis Promotion

    14h20-14h40      Tourisme expérientiel. Réflexions méthodologiques

    Mila Trombitas, responsable de la filière Tourisme, HES-SO Valais//Wallis

    14h40-15h          Les journées terroir et patrimoine du Pays du St-Bernard et leurs différentes                 fonctions

    Gaëtan Tornay, directeur Pays du Saint-Bernard

    15h-15h30          Discutant.e.s : Marie-Françoise Perruchoud-Massy, professeure HEG, HES-SO Valais//Wallis, Haute Ecole Gestion et Tourisme, HES-SO Valais//Wallis, et Jean-Charles Fellay, Secrétaire CREPA.

    15h30-16h          Synthèse de la journée

    Viviane Cretton, professeure, Haute Ecole de Travail Social, HES-SO Valais//Wallis

    Télécharger le descriptif et le programme

    IMG 2276

    2014

    Territoire alpin, liens et cohésion sociale

    L’actualité politique récente (Lex Weber, LAT) a cristallisé des enjeux autour d’une représentation figée du territoire alpin compris avant tout comme un paysage ‘naturel’ à préserver. Au-delà des stéréotypes qui dominent l’espace public en général, cette journée a pour objectif de mettre en évidence la complexité des enjeux et la spécificité des pratiques liées au territoire alpin.
    voir plus

    Dans cette perspective, nous retenons parmi les définitions existantes celle du territoire alpin compris comme « un construit collectif, une production symbolique née de l'interaction sociale, faite de représentations partagées : langages, emblèmes, hauts lieux » (Debarbieux 2003 : 47)[1]. Une telle définition renvoie à une conception plurielle du territoire qui s’actualise selon de multiples dimensions, notamment symboliques, politiques, sociales et économiques. Dans la réalité des situations, ces dimensions tantôt se juxtaposent, tantôt se confrontent, parfois se superposent ou s’imbriquent. Espace d’appropriation différenciée (économique, politique, social, etc.), le territoire alpin produit des discours et des pratiques qui participent à sa construction.

    A partir de projets scientifiques et de réalisations concrètes, cette journée vise à explorer quelques réalités complexes du territoire alpin et certains enjeux qui y sont liés.

    La journée s’articulera autour de trois ateliers qui approfondiront les thématiques de la culture, de l’intégration socioculturelle et du tourisme durable, en lien avec le territoire. Elle réunira des intervenant.e.s professionnel.le.s, des chercheur.e.s et des étudiant.e.s HES.

    [1] Debarbieux, Bernard, 2003, "Le territoire en géographie et en géographie grenobloise", in de Bernardi, Michel et Debarbieux, Bernard, Le territoire en sciences sociales. Approches disciplinaires et pratiques de laboratoire, Grenoble, publication de la MSH-ALPES, p. 47.

     

    PROGRAMME DE LA JOURNEE
    9h00-9H15 : Accueil
    9h15-9h30 : Introduction de la journée : Yann Decorzant, CREPA, et Viviane Cretton,
    HES-SO//Valais-Wallis.


    9h30-10h15 : Keynote speech :

    Gilles Rudaz, Département de géographie et environnement, Université de Genève :
    "Spécificité des territoires et sociétés alpins : identité et action collectives au coeur du projet
    territorial".


    Ateliers
    Atelier 1: Quel rôle pour la culture en milieu alpin ? (10H30-11H15)
    Intervenant.e.s :
    Bertrand Deslarzes, responsable culturel de la commune de Bagnes, directeur des Musées
    de Bagnes, historien.
    Isabelle Moroni, politologue, professeure HES, auteure de Les politiques culturelles en
    Valais, et Parcours d’artiste, chemins d’épreuves.
    Lorenzo Malaguerra, directeur du Théatre du Crochetan, Monthey, et géographe.
    Discutante : Viviane Cretton

    Atelier 2: Le village de montagne, un espace d’intégration ? (11H30-12H15)
    Intervenant.e.s :
    Viviane Cretton, anthropologue, professeure HES, auteure de Racines et Boutures,
    migrants et identités locales dans le Bas-Valais ; commissaire de SERIOUS GAMES,
    s’installer en Valais.
    Jean-Charles Fellay, CREPA, L’enfant à l’écoute de son village.
    Paul Burgener, délégué cantonal à la jeunesse, initiateur du projet "Développement des
    activités extra scolaires dans les vallées latérales et les espaces ruraux du Valais romand".

    Discutante : Isabelle Moroni


    12H30-14H15 : Pause de midi

    Atelier 3 : Les Alpes, un espace touristique durable ? (14H30-15H15)
    Intervenant.e.s :
    Johann Roy, doctorant FNS dans le cadre du projet "Entre abîme et métamorphose. Une
    approche interdisciplinaire du développement des stations touristiques".
    Fabienne Defayes, ethnologue, collaboratrice scientifique Musée d’Histoire du Valais et
    conservatrice du Musée d’Isérables, auteure de Pourquoi ne pas en rester à quelques
    planches de mélèze ? Les rénovations des cabanes de montagne entre matériel et idéel :
    une approche par l’architecture, Neuchâtel, Institut d’Ethnologie, 2012.
    Lucien Barras, diplômé EPFL, architecte SIA et urbaniste FSU, président de l’association
    Altitude 1400 (association valaisanne qui milite pour une urbanisation des Alpes de qualité et
    durable) a notamment réalisé la transformation du Musée valaisan de la Vigne et du Vin à
    Sierre, et collaboré au projet "Urbanisation, mobilité et aménagement des centres à Crans-
    Montana".
    Discutant : Yann Decorzant


    Synthèse et discussion collective (15h30-16h)
    Viviane Cretton, Yann Decorzant, Isabelle Moroni

    Télécharger le descriptif et le programme

     

    agenda

    Prochains événements

    Centre de documentation

    Le CREPA abrite un centre de documentation dans ses bureaux de Sembrancher.

    Cette bibliothèque est ouverte au public.

    Les Amis du crepa

    Vous vous intéressez à l'histoire locale et souhaitez être informé-e-s de toutes les activités du CREPA?

    Rejoignez-nous en devenant membres des "Amis du CREPA". Infos et inscription sur le lien ci-dessous.